Haslach

  • Le lieu de mémoire «Vulkan»
  • Détenus à Haslach
  • Le camp «Sportplatz»
  • Dans le «Vulkan»

Site officiel: >> Homepage Gedenkstätte, >> Homepage Erinnerungsweg
Adresse: >>Google Maps
Horaires d’ouverture de la barrière: mai-septembre: de 9 à 19h, octobre-avril : de 10 à 17h
Directeur du lieu de mémoire: Sören Fuß, Breitestraße 4, 77716 Haslach, Tel. 07832 / 2105, info(at)gedenkstaette-vulkan.de
Groupe de travail avec les jeunes «Jugendarbeitskreis»: Mathias Meier-Gerwig, Tel. 07803 / 8043842, kontakt(at)erinnerungsweg-haslach.de
Direction du lieu de mémoire:
Initiative Lieu de mémoire «Vulkan»
Groupe de l’association d’Histoire de Haslach

Lieu de mémoire «Vulkan»

Le mémorial du Vulkan a été inauguré le 25 juillet 1998. Il se situe dans la forêt d’Urenwald, à flanc de colline, près d’Haslach, où plus de 1700 hommes de 21 nationalités connurent de grandes souffrances, certains y laissant la vie. Au centre du lieu de mémoire se trouve le monument de Frieder Haser, artiste originaire d’Haslach.

Douze tableaux informatifs associant textes et images retracent l’histoire des trois camps de Haslach. Des ruines indiquent l’emplacement de l’ancienne carrière ainsi que d’un funiculaire qui allait jusqu’à la ville, plusieurs kilomètres en contrebas. L’entrée sombre d’une galerie de drainage nous laisse imaginer les atrocités qui ont été commises dans ces galeries.

Le 30 novembre 2012, le groupe de travail « Jugendarbeitskreis der Gedenkstätte Vulkan » a inauguré le chemin du souvenir, qui retrace le chemin de croix des travailleurs forcés : en six lieux de la ville, des tableaux informatifs retracent cette histoire:

En 1944, alors que le bombardement des usines allemandes s’intensifie, l’office d’armement du Reich décide de transférer une grande partie de l’industrie d’armement sous terre, «à l’abri des bombes». En même temps, en raison du manque important de main d’œuvre, mais aussi pour des raisons idéologiques, les détenus sont de plus en plus exploités et associés aux processus de production.

A la fin de l’été 1944, les nazis doivent évacuer les camps existants en Alsace, Natzweiler-Struthof et Schirmeck-Vorbruck, désormais trop proches du front. Une importante vague d’arrestations en Alsace, en Lorraine et dans les régions avoisinantes leur fournit un grand nombre de travailleurs forcés.

Entre septembre 1944 et avril 1945, ce sont ainsi 1700 détenus de 21 pays qui sont parqués dans les trois camps de Haslach et contraints d’effectuer des travaux harrassants. Dans les galeries de mines existantes à Haslach, la production devait être assurée par de diverses entreprises, comme Daimler-Benz, Mannesmann et Messerschmitt ; cela n’aura pas lieu dans les dimensions prévues.

Dans tous les camps, les détenus souffrent des conditions de vie inhumaines, ils sont harcelés, livrés aux maladies survenant dans le camp, et il y a également des exécutions.

On a pu rassembler les noms de plus de 220 détenus qui ont perdu la vie à Haslach. Plusieurs centaines de prisonniers moururent dans d’autres camps, vers lesquels ils furent déportés depuis Haslach, lors des tristement célèbres marches de la mort ; un certain nombre d’entre eux moururent juste après la fin de la guerre.

Programme pédagogique

>> Lieu de mémoire Vulkan

Sur le lieu de mémoire Vulkan, douze tableaux documentaires invitent les visiteurs à explorer l’histoire des trois camps de Haslach. Le personnel peut être présent sur demande préalable, pour donner plus d’informations et débattre avec les visiteurs. Des exposés détaillés peuvent être mis à la disposition des scolaires et autres groupes de visiteurs.

>> Chemin du souvenir

Sur le chemin du souvenir, le visiteur suit les traces des travailleurs forcés des trois camps de Haslach à travers la ville, en faisant lui-même un voyage dans le passé. Le chemin du souvenir compte six étapes:
Etape 1 La gare
Etape 2 Le camp «Kinzigdamm»
Etape 3 Le camp «Sportplatz»
Etape 4 La garde
Etape 5 La fosse commune
Etape 6 Le camp «Vulkan»

Le chemin du souvenir se composant de ces six modules, il peut être suivi en fonction des possibilités de chacun. Pour chaque étape, le site du chemin du souvenir propose une série de documents de travail (www.erinnerungsweg-haslach.de). Les récits des destins de certains détenus viennent les compléter.

Publications

Sören Fuß: Gedenkstätte Vulkan (Broschüre) 1998
Sören Fuß: Gedenkstätte Vulkan – Haslach im Kinzigtal, in: Die Ortenau, 81. Jg. 2001, S. 533–544
Manfred Hildenbrand: Die „Hölle“ von Haslach: Die beiden Konzentrationslager „Kinzigdamm“ und „Vulkan“, in: Die Ortenau, 73. Jg. 1993, S. 456–479

Print Friendly, PDF & Email